géolocalisation-versus-flicage-tracker
Géolocalisation

Géolocalisation vs Flicage

08/02/2018
4.7 (93.33%) 6 votes

Géolocalisation vs Flicage

Ces deux notions, géolocalisation et flicage, sont assez fréquemment associées.
Elaborer un outil de géolocalisation pour les personnes est une question éthique qui se doit d’être abordée et traitée avec beaucoup de rigueur.

Par définition, le terme « flicage » revêt une connotation négative reposant essentiellement sur la crainte d’atteindre à sa liberté individuelle.
L’employeur est le méchant, qui veut fliquer, ou constamment surveiller, le gentil salarié.
Pas si simple !
L’enjeu n’est pas qu’entre ces deux parties. En effet, les entreprises rendent des comptes à de multiples intervenants…

Voilà pourquoi WRIM, à la lumière de nombreuses recherches et de questionnements, a choisi d’apporter de nouvelles solutions permettant au géolocalisé d’être le détenteur du savoir, ou tout du moins, le détenteur de ses propres données.

 

Les assurances
Comment un employeur peut savoir si un salarié est au travail, ou si il a un accident ?
Je parle ici des utilisateurs de véhicules de sociétés, qui ne passent que rarement par leur agence/bureau.
Ce salarié est donc censé partir de chez lui, pour se rendre chez ses clients.
J’utilise le terme “censé”, car lorsque le salarié ne rend aucun compte, l’employeur peut facilement prétendre ne pas savoir…
Et si son assurance doit intervenir, sur la base de quels éléments peut-elle le faire ?
En cas de problème, la liberté que revendique le salarié, se retourne contre lui.
La géolocalisation permet d’attester du début de journée de travail, et que son éventuel problème est bien intervenu pendant son travail.

Les horaires de travail
Le salarié doit contractuellement respecter des heures de travail.
Même dans des bureaux, un salarié peut être tenu de signer une feuille de présence, ou de pointer.
Ce n’est pas le choix de l’employeur, mais une obligation du code du travail.
On revient sur le problème de la couverture en cas d’accident du travail, mais on rentre surtout sur le sujet des heures supplémentaires, avec un véhicule de société.
Sans aucun compte rendu, le salarié peut difficilement rendre compte de ses horaires de travail.
Dans ces conditions, comment se faire payer ses heures supplémentaires ?
Une fois de plus, l’absence de transparence du salarié se retourne contre lui.
La géolocalisation est encore un moyen de rendre compte à son employeur.

La pénibilité
Même si la pénibilité d’un itinérant est très relative, je trouve très reposant de pouvoir faire une journée au bureau de temps en temps.
Partir de bonne heure pour arriver à l’heure à mon premier rendez-vous, puis contourner tous les obstacles pour assurer les rendez-vous suivants, s’apparente souvent à un parcours du combattant. Sans parler du repas du midi, pris sur le pouce, puis du retour au domicile, tard le soir.
La géolocalisation permet de montrer ce que représente ses journées de travail, et d’avoir des arguments pour négocier une compensation.

Le livre de bord
Un employeur peut autoriser un salarié à utiliser un véhicule de société pour rentrer chez lui, après son travail.
En retour, l’employeur doit pouvoir justifier, en cas de contrôle, le kilométrage pour le travail, et celui à titre personnel (travail-domicile)
Encore une fois, sans aucun compte rendu, un redressement peut sanctionner l’employeur, avec un avantage en nature retenu sur le salaire du salarié.
Ici, il faudra que l’employeur et le salarié puissent prouver leur bonne fois.

L’employeur, et le salarié, doivent s’accorder sur un fonctionnement, permettant de satisfaire tout le monde.
WRIM a été conçu dans ce sens.

La géolocalisation temps réel, by WRIM
Le matin, avant de partir, le salarié enclenche manuellement son début de journée.
Au démarrage du véhicule, WRIM s’active et commence la transmission des données. L’employeur voit alors le trajet apparaître sur son interface web. Il sait que le salarié a commencé sa journée de travail.
Il pourra ainsi gérer ses équipes, organiser les rendez-vous en fonction de l’avancement des interventions.
C’est là, tout l’intérêt des solutions de géolocalisation.
En fin de journée, le salarié déclenche manuellement sa fin de journée, qui prendra effet au démarrage de son véhicule, dès lors, le trajet n’est plus visible par l’employeur.

Pour avoir œuvré dans la géolocalisation depuis le début des années 2000, je suis en mesure de reconnaître les aspects négatifs qu’on lui reproche. La raison en est simple : elle n’apporte aucun avantage au salarié.

Aujourd’hui, WRIM apporte un souffle nouveau sur ce secteur. WRIM propose dans le même temps, de nombreux services aux salariés (voir les articles de ce blog), ainsi que la maîtrise des données transmises, conformément à la RGPD, tout en conservant les intérêts pour l’employeur, et en répondant aux besoins croissants d’optimisation des coûts du travail.
En repositionnant la géolocalisation dans cette organisation gagnant-gagnant, WRIM rend la rend bien plus productive pour l’ensemble de l’entreprise, et apaise la relation employeur/salarié.

 

1 Comment

  • Reply
    A WordPress Commenter
    08/02/2018 at 10:27 am

    Hi, this is a comment.
    To get started with moderating, editing, and deleting comments, please visit the Comments screen in the dashboard.
    Commenter avatars come from Gravatar.

Leave a Reply

%d bloggers like this: